Accueil du siteEuroringsSéminaires

GEAB N°76 (15 juin 2013) - Sommaire

Alerte second semestre 2013 – Crise systémique globale II : seconde déflagration dévastatrice / explosion sociale à l’échelle planétaire

Un choc de type Lehman en 2008, départ symbolique de l’incendie et surtout prise de conscience généralisée de la situation, n’a pas encore eu lieu. Ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle car avec le temps la situation ne cesse de s’aggraver et ce n’est plus un choc auquel il faut se préparer mais une déflagration dévastatrice… (page 2)

(En savoir +)


UE 2014-2015 : après les élections au Parlement européen, le bras de fer entre Parlement et Conseil européen favorise la montée de l’Euroland

L’architecture institutionnelle de l’UE a toujours été, depuis le début du processus d’intégration européenne, fondée sur le sable mouvant de la réalité politique. Si l’on ne fait que regarder un instant donné, on pourrait être amené à croire que la structure est solide, bien ancrée dans les traités européens. Mais la réalité est tout autre… (page 11)

(En savoir +)


Le monde en 2030 – Diversification / infrastructures / éducation : anticiper la capacité de rebond post-crise d’une économie

S’il est nécessaire d’avoir une vision des événements à court terme pour naviguer dans cette crise d’ampleur séculaire, il ne faut toutefois jamais perdre de vue le panorama général des transformations du monde, tel que nous le rappelons régulièrement dans le GEAB. C’est la raison pour laquelle il est important de ne pas oublier les tendances de fond qui façonnent une société sur le long terme, c’est-à-dire sur plusieurs décennies (20 à 30 ans)… (page 15)

(En savoir +)


Gouvernance Mondiale – Le rapprochement Euro-BRICS au service de la mise à niveau du système ou comme matrice d’un nouveau modèle ? Les institutions de la gouvernance globale théoriquement en charge de gérer la crise qui affecte la planète depuis maintenant 5 ans sont-elles structurellement capables d’engager les réformes nécessaires pour créer les conditions d’une amélioration de leur efficience ?… (page 27)

(En savoir +)


Recommandations opérationnelles et stratégiques

Cash / pétrole / bourse / obligations… (page 30)

(En savoir +)


Le GlobalEurometre - Résultats & Analyses

Le questionnaire de ce mois reflète une inquiétude élevée mais plutôt constante quant aux indicateurs économiques, à l’exception notable près du risque de faillites bancaires qui se précise à nouveau… (page 33)

(En savoir +)




Eurorings 1 - Séminaire de lancement
Paris (Hôtel de Ville), 15 avril 2002
15/04/2002


" Vers une nouvelle géographie institutionnelle de l’UE pour une Europe plus proche des citoyens "

Organisé en partenariat avec la Ville de Paris

Note de synthèse des travaux

Concept

Le système institutionnel communautaire est le produit d’une double contrainte fortement marquée par le contexte des années 50 :

- rapprocher les ennemis d’hier, et donc trouver des zones/villes neutres ou symboliques pour permettre la réconciliation européenne au cœur du projet communautaire dans sa phase initiale

- faire fonctionner des administrations, puisque le projet communautaire a été essentiellement une initiative administrative, portée par des hauts fonctionnaires et conduite selon les modalités administratives et technocratiques des années d’après-guerre. Le système institutionnel communautaire des années 50 est donc avant tout un système administratif.

L’implantation géographique (Bruxelles-Luxembourg-Strasbourg) et le système d’organisation (pyramidal) des institutions européennes sont le résultat direct de ces contraintes ; et des contraintes technologiques dans le transport des personnes et des informations de la période des années 50.

Mais, aujourd’hui, à l’orée du XXI° siècle, des contraintes très différentes pèsent sur le système institutionnel communautaire. Il s’agit aujourd’hui d’accueillir plusieurs centaines de millions de citoyens (300 millions dans l’Euro, 500 millions avec l’élargissement d’ici la fin de la décennie) dans un système communautaire diversifié où la composante administrative n’est plus qu’une dimension parmi d’autres ; et où les modèles de fonctionnement se développent désormais sous la forme de réseaux, de structures décentralisées et non plus de pyramides. Par ailleurs, la dimension « réconciliation d’anciens ennemis » est désormais caduque du fait même du succès de la construction européenne.

Pour l’UE des prochaines décennies, les enjeux sont donc désormais de savoir :

- comment ancrer solidement dans l’Histoire une entité politique de très grande taille, devenue un acteur mondial majeur ?

- comment rapprocher ses institutions des peuples qui composent cette même Union européenne ?

A ces deux questions, l’histoire de chacun des pays de l’UE a déjà répondu en choisissant une capitale (parfois plusieurs dans le cas d’Etats fortement décentralisés) pour chacun d’entre eux. Cette capitale (ou ces villes) incarne et héberge les institutions symboles du pouvoir politique et de l’identité collective. Ces villes européennes particulières que sont nos capitales nationales doivent-elles être ignorées et doit-on essayer de construire de nouveaux symboles unitaires artificiels et tenter d’en rapprocher les peuples ? Ou bien doit-on au contraire les reconnaître comme un réseau symbolique potentiel pouvant héberger les institutions de l’UE, créant tout naturellement une proximité culturelle et politique des peuples ?

Déjà, avec la multiplication d’agences décentralisées, on assiste à une « sortie » des institutions des villes institutionnelles d’origine. Mais c’est surtout avec l’implantation de la Banque Centrale Européenne à Francfort que l’on a assisté à la première évolution sérieuse en direction d’une répartition géographique nouvelle des institutions européennes principales. Francfort constitue en effet un choix dicté par trois nouvelles contraintes :

- une contrainte opérationnelle inter-institutionnelle : être une ville située dans un rayon d’action géographique permettant une relation de travail quotidienne avec les autres institutions principales

- une contrainte de « crédibilité opérationnelle » : être une ville possédant une crédibilité forte dans le secteur d’action (en l’occurrence la monnaie et la finance) de l’institution concernée

- une contrainte de « légitimité politique » : être une ville d’un Etat-Membre/peuple pouvant contribuer très positivement, par la simple implantation de l’institution sur son territoire, à renforcer la crédibilité, la visibilité et l’influence de l’institution concernée.

Par ailleurs, les contraintes technologiques s’imposant au transport des personnes et des informations ont été totalement bouleversées notamment dans les décennies 80 et 90 (TGV et Internet), en particulier dans une zone bien particulière, très centrale pour l’UE : l’Euro-Ring (telle qu’elle a été dénommée lors d’un séminaire de haut niveau tenu à Bonn en Novembre 1999 sur le thème de « Comment organiser l’administration communautaire en réseau ? », organisé par Europe 2020 et le Zentrum for Europaische Forschung – ZEI). Cette région rassemble toutes les métropoles qui seront reliées les unes aux autres par train à grande vitesse dans un délai d’environ 3 heures maximum. Centrée autour de Bruxelles, dans une rayon d’environ 300 km, elle comprend notamment des villes comme Londres, Paris, Amsterdam, Rotterdam, La Haye, Francfort, Cologne et Bonn , concentre 2/3 de la richesse européenne et 1/5° de sa population.

Comme on peut le constater aisément, entre l’évolution politique et l’évolution technologique, les contraintes et possibilités de ce début de XXI° siècle sont très éloignées de celles des années 50.

La décennie à venir verra selon toute vraisemblance s’imposer de plus en plus une tendance irrésistible à réorganiser le système institutionnel communautaire selon de nouveaux schémas encore à expliciter.


Programme

9.00 - 9.30 : Séance d’ouverture

. M.Patrick Maisonnave, Conseiller Affaires internationales auprès du Maire

. M. Ralf Teschner, Président Europe 2020

. M. Jean Guyot, Président de la Fondation Hippocrène, Ancien collaborateur de Jean Monnet, Premier Directeur Financier de a CECA

9.30 - 10.30 : Présentation de la nouvelle donne institutionnelle et politique européenne et de ses conséquences en terme de géographie institutionnelle : le concept d’Euro-Ring et de réseau des Capitales européennes

. Introduction, par M.Franck Biancheri, Directeur Etudes et Stratégie, Europe 2020

Questions – Tour de Table

10.30 - 10.45 : Pause-Café

10.45 - 11.45 : Les villes capitales de l’UE face à la réorganisation institutionnelle de l’Union : vers un réseau des villes capitales européennes ?

. Mr.John Biggs, London Assembly Member, Greater London Authority

. Mr. A. J. Hillhorst, Elderman for housing, physical planning and urban renewal, City of The Hague

Débat

11.45 - 12.45 : L’émergence factuelle de l’Euro-Ring – la mobilité physique en question

. Présentation par M.Yves Davisse, Directeur Marketing, Thalys International

. Présentation par M.Jozef Fazik, Chargé de mission, Union Internationale des Chemins de Fer

Débat

12.45 - 14.00 : Déjeuner

14.00 - 15.00 : Les nouvelles technologies de l’information à l’horizon 2010 face au défi d’institutions communautaires décentralisées – la circulation de l’information en question

. 2020 – L’Europe des Territoires, par André Jean-Marc Loechel, Réseau européen des Villes Numériques

Débat

15.00 - 16.00 : Débat : Comment évaluer l’impact économique d’une décentralisation institutionnelle communautaire ?

. Introduction par M. Arnault Bertrand, Directeur, Andersen

Débat

16.00 - 16.15 : Pause-Café

16.15 - 17.15 : Evaluation générale des travaux de la journée ; définition des étapes suivantes (création d’un groupe de réflexion ad hoc, identification de pistes d’études à entreprendre, planification d’une nouvelle rencontre)

Récapitulatif par Franck Biancheri, Directeur Recherche et Stratégie, Europe 2020

Débat - Propositions

17.15 - 17.30 : Clôture du séminaire


Participants

. Violeta Bajenaru, Chef de Projet, TIES

. Arnaud Bertrand, Directeur, Andersen / Barbier Frinault & Associés

. Franck Biancheri, Director of Research and Strategy, Europe 2020

. John Biggs, Assembly Member, Greater London Authority

. Marie-Hélène Caillol, Vice-Présidente, Europe 2020

. Yves Davisse, Directeur Marketing, Thalys International

. Jozef Fazik, Project Officer, Division East-West, International Union of Railways

. Laura Garcia Vitoria, Présidente, ARENOTECH

. Georgeta Grama, Chef de Projet, EU-StudentVote

. Marie Gutmann, Member of the Scientific Committee, Europe 2020

. Jean Guyot, Président de la Fondation Hippocrène

. Dhr A.J.Hillhorst, Elderman for housing, physical planning and urban renewal, City of The Hague

. Dr Alsheimer, Leiter des Dezernatsbüros Finanzen und Referent des Finanzdezernenten, Stadt Frankfurt

. Michel Laissus, Président ADEI

. Josette Larchier-Boulanger, Directiondes Systèmes d’Information et de l’Informatique, EDF-GDF

. André Jean-Marc Loechel, Secretary General, European Network of Digital Cities

. Fred Martinet, Chargée de Veille Innovation, Direction des Systèmes d’Information et de l’Informatique, EDF-GDF

. Patrick Maisonnave, Conseiller Affaires Internationales auprès du Maire de Paris

. Philippe Micaelli, Crédit Agricole Interactive

. Christophe Nonnenmacher, Journalist

. Bart Ouvry, Embassy of Belgium

. Pierre-Marie Pagès, Consultant, AT Kearney

. Philippe Portalier, Adviser, Orgalime

. Marianne Ranke-Cormier, Directrice Administrative, Europe 2020

. Quentine Reville, Lafarge

. Jonathan Robin, Liaison UNESCO-OECD, Internet Society

. Pierre Schapira, Adjoint au Maire de Paris, Chargé des Affaires Internationales et de la Francophonie

. Ralf Teschner, Andersen Consulting

. Jean-François Trolet, Président, Jeunes européens-Strasbourg

. Barbara Wolffer, Chargée du secteur Europe, DGRI, Ville de Paris



© Copyright Europe 2020 - Contact Email : centre@europe2020.org - Site réalisé sous Spip