Accueil du siteGlobalEuropeAnalyses

GEAB N°76 (15 juin 2013) - Sommaire

Alerte second semestre 2013 – Crise systémique globale II : seconde déflagration dévastatrice / explosion sociale à l’échelle planétaire

Un choc de type Lehman en 2008, départ symbolique de l’incendie et surtout prise de conscience généralisée de la situation, n’a pas encore eu lieu. Ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle car avec le temps la situation ne cesse de s’aggraver et ce n’est plus un choc auquel il faut se préparer mais une déflagration dévastatrice… (page 2)

(En savoir +)


UE 2014-2015 : après les élections au Parlement européen, le bras de fer entre Parlement et Conseil européen favorise la montée de l’Euroland

L’architecture institutionnelle de l’UE a toujours été, depuis le début du processus d’intégration européenne, fondée sur le sable mouvant de la réalité politique. Si l’on ne fait que regarder un instant donné, on pourrait être amené à croire que la structure est solide, bien ancrée dans les traités européens. Mais la réalité est tout autre… (page 11)

(En savoir +)


Le monde en 2030 – Diversification / infrastructures / éducation : anticiper la capacité de rebond post-crise d’une économie

S’il est nécessaire d’avoir une vision des événements à court terme pour naviguer dans cette crise d’ampleur séculaire, il ne faut toutefois jamais perdre de vue le panorama général des transformations du monde, tel que nous le rappelons régulièrement dans le GEAB. C’est la raison pour laquelle il est important de ne pas oublier les tendances de fond qui façonnent une société sur le long terme, c’est-à-dire sur plusieurs décennies (20 à 30 ans)… (page 15)

(En savoir +)


Gouvernance Mondiale – Le rapprochement Euro-BRICS au service de la mise à niveau du système ou comme matrice d’un nouveau modèle ? Les institutions de la gouvernance globale théoriquement en charge de gérer la crise qui affecte la planète depuis maintenant 5 ans sont-elles structurellement capables d’engager les réformes nécessaires pour créer les conditions d’une amélioration de leur efficience ?… (page 27)

(En savoir +)


Recommandations opérationnelles et stratégiques

Cash / pétrole / bourse / obligations… (page 30)

(En savoir +)


Le GlobalEurometre - Résultats & Analyses

Le questionnaire de ce mois reflète une inquiétude élevée mais plutôt constante quant aux indicateurs économiques, à l’exception notable près du risque de faillites bancaires qui se précise à nouveau… (page 33)

(En savoir +)




Est-ce le retour du mythe de l’Homme blanc tout-puissant ? - Inquiétudes à propos d’un possible discours caché derrière les évènements de ces derniers mois
par Franck Biancheri
06/12/2001


Je ne sais pas si j’ai bien compris le discours dominant en Occident aujourd’hui, mais en voyageant en Europe et aux Etats-Unis ces dernières semaines, j’ai eu le sentiment qu’on (ce " on " diffus, mélange de média, de politiques, de discussions à bâtons rompus et d’échanges impromptus dans un café ou un bar) essayait de me tenir ces propos. Plus ou moins directement certes.

Le texte qui suit est donc une tentative de clarifier le discours dominant chez nous, en Occident, aujourd’hui ; et de le mettre dans une perspective historique. Ce discours qu’il me semble entendre derrière les actions/réactions de ces derniers mois m’inquiète car il rejoint certaines des analyses les plus sombres d’Europe 2020 sur les prochaines décennies. Peut-être est-ce une impression totalement fausse ; peut-être pas. En tout cas, j’ai envie de la partager avec d’autres. Pour me rassurer ou mieux me préparer.

"L’action américaine en Afghanistan le prouve : l’utilisation légitime de la force militaire contre le terrorisme est payante. Aujourd’hui, le premier Ministre israélien le prouve également en s’attaquant directement à l’Autorité palestinienne : l’utilisation de la force militaire contre le terrorisme sera payante.

Demain, il n’y aura plus ou presque plus de terrorisme lié à l’intégrisme musulman ou bien à la revendication palestinienne. Les armées des Etats-Unis et d’Israël, chacune de leur côté, auront supprimé le terrorisme dans ses foyers pendant que les polices des autres pays occidentaux, notamment les polices européennes, usant de nouveaux moyens légaux limitant les libertés individuelles de tous les citoyens auront supprimé les possibilités d’action des terroristes en Occident.

Enfin, à l’orée de ce XXI° siècle, nous serons libérés de la menace terroriste. Et cela ne demandait que la volonté d’agir vigoureusement, de ne pas avoir peur d’utiliser notre incomparable supériorité technologique et militaire (et économique aussi pour soudoyer nos supplétifs partout où nécessaire), d’assumer les incontournables dégâts collatéraux (en vie humaine sur place, en droits individuels en Occident) et d’accroître pour l’avenir nos budgets de force (armée, police, services spéciaux).

L’Histoire le prouve. C’est en utilisant la puissance militaire contre ses ennemis et la nécessaire restriction des libertés civiques qu’impliquent les temps de guerre que la civilisation occidentale s’est épanouie et a rencontré ses plus grands succès. C’est en créant des tribunaux d’exception, militaires, soumis à aucune contrainte issue de nos textes fondateurs en terme de droits et libertés et en suspendant ces mêmes droits et libertés à la moindre suspicion pour tous ceux qui ne possèdent pas notre citoyenneté, que nous démontrons la force de nos valeurs et de nos convictions. Car enfin, croire fondamentalement à quelque chose, c’est aussi accepter de ne plus y croire en cas de danger, pour mieux y revenir ensuite, plus fort, moins inquiet et certainement encore plus convaincu de la valeur universelle et éternelle de ces valeurs.

Et l’efficacité de ces actions s’explique parfaitement pour qui connaît l’Histoire. En cas de chocs, un peuple, et encore plus une civilisation (la nôtre bien sûr), doit savoir réagir ainsi pour mieux survivre et s’imposer demain. Faute de quoi elle perd toute crédibilité interne et externe et n’a plus qu’à mourir.

Ne prenons que l’Histoire récente. Regardez comment l’URSS communiste, l’Allemagne nazie, la France vichyste ou l’Italie mussolinienne ont su courageusement mettre entre parenthèses les valeurs de notre civilisation pour mener les guerres contre ces ennemis qui risquaient de détruire notre civilisation elle-même. Regardez comment avec succès le Royaume-Uni en Inde, la France en Algérie, les Etats-Unis au Vietnam, la Russie en Tchétchénie ont su appliquer des politiques de force qui ont su préserver leurs intérêts fondamentaux. L’Histoire le prouve.

Ce ne sont pas les tentatives vaines et illusoires de trouver des causes profondes au terrorisme qui mènent aux solutions durables.

Ce ne sont pas les analyses qui tentent de relier le terrorisme :

- à notre soutien à des régimes corrompus et pervers comme en Arabie saoudite ou en Algérie,
- à notre désir mercantile de surarmer des pays qui ne parviennent pas à éduquer ou nourrir leur population,
- à notre aveuglement laissant certains des régimes (dont encore l’Arabie saoudite) que nous soutenons à bout de bras envoyer chez nous hommes et financements pour répandre les discours et les méthodes fanatiques qui appellent précisément au terrorisme,
- à notre refus de peser sérieusement sur le conflit israelo-palestinien en reconnaissant que c’est bien un conflit en voie de globalisation qui nous concerne tous,
- à notre refus de reconnaître que quand des gens n’ont rien à perdre, on ne peut pas gagner contre eux
- à notre refus d’appliquer les règles normales du droit, ou de créer un droit international ad hoc, pour juger les crimes terroristes, qui servent la défense de nos valeurs et de notre civilisation.

Loin de là. Tout ce fatras intellectuel ne sert qu’affaiblissement et défaitisme qui nourrissent les terroristes. Fini le temps des procès inutiles comme ceux de Nuremberg hier pour l’Allemagne nazie ou de La Haye aujourd’hui pour l’ex-Yougoslavie, qui n’aident en rien la reconstruction d’un pays et la rééducation d’un peuple ; ou l’apaisement des familles des victimes ou des peuples martyrs.

Une cour militaire à huis clos, des règles adaptés à la sentence souhaitée et une balle dans la nuque pour chaque accusé/coupable suffisent devant l’évidence et l’énormité du crime. Au siècle de l’imagerie par satellite, de CNN et des systèmes de surveillance électronique, plus besoin de s’encombrer de ces processus longs et coûteux qui ne peuvent qu’aider les terroristes à diffuser leurs idées perverses et à corrompre notre jeunesse.

Désormais, ils savent qu’ils ont tout à perdre. Ils seront poursuivis, arrêtés, tués ; leurs villes bombardées, leurs maisons détruites et leurs familles vraisemblablement touchées par les incidents collatéraux. L’Occident, avec ses valeurs de démocratie et de droits de l’homme, est sans pitié pour ceux qui l’attaquent. Que ceux qui l’avaient oublié s’en souviennent. En revanche il est plein de mansuétude pour ceux qui savent le servir, en lui fournissant ce dont il a besoin (l’énergie en particulier), et leur laisse fouler au pieds sans sourciller ses valeurs pour peu que cela soit discret vu d’Occident.

Et demain, le même programme sera toujours d’actualité sachant qu’il faudra veiller en interne aussi que les idées débilitantes, dangereuses pour l’Occident, ne prennent le dessus. Mais ne soyons pas trop inquiet, l’Occident sera servi par son âge. Ses populations de plus en plus âgées n’auront que faire de ces discours veules cherchant à trouver des causes profondes là où il n’y a que haine et folie, folie notamment de tenter de s’opposer à l’Occident. Elles sauront que seules la force et la volonté de l’utiliser pourront faire rempart à ces fanatiques dangereux souhaitant remettre en cause l’ordre du monde. Et elles savent aussi que mieux vaut quelques petits contrôles policiers en plus et quelques libertés en moins plutôt que le risque de voir des terroristes envahir nos villes et nos campagnes.

Notre technologie et notre richesse permettront sans aucun doute de construire cette formidable ligne Maginot qui protègera nos valeurs et notre mode de vie.

Contrairement à ce qu’un discours fait de faiblesse et de peur laisse entendre, la destruction aujourd’hui du régime taliban en Afghanistan et l’extermination des troupes d’Al Qaida, demain la destruction de l’Autorité palestinienne au Proche-Orient, ne font pas le lit de nouveaux terroristes parmi ces populations jeunes, mal éduquées et n’ayant rien à perdre ; pas plus qu’il ne détourne de l’Occident et de ses valeurs, les élites éduquées de ces pays et de ceux qui leur ressemblent. Au contraire, il leur apprend la peur de défier notre toute-puissance. C’est ainsi, et seulement ainsi, qu’Israël d’ailleurs pourra assurer sa présence durable dans le monde arabe ; et que nous convaincrons le monde musulman de la supériorité de nos valeurs occidentales créant ainsi un espace global unique où nos valeurs s’imposeront naturellement ; car elles sont indéniablement supérieures, puisque nous sommes riches et qu’ils sont pauvres. "

Est-ce vraiment ce discours qui nous est tenu ? L’UE le reprend-elle à son compte totalement ou pas ?

C’est important à savoir car, tel quel, ce discours nous conduit directement vers la déchéance et des problèmes très graves.

J’ai dès l’origine exprimé une position claire tant en ce qui concerne la solidarité avec les Etats-Unis que la nécessité d’un recours précis et limité à la force contre les auteurs des attentats du 11 Septembre.

Cependant, ce qui est en train de se dérouler est très éloigné de cette situation et on assiste à l’expression d’une " volonté de puissance " occidentale, décidée à faire plier ou briser tout ce qui la gêne.

Dernière expression en date, la réaction du premier Ministre israelien Sharon qui semble rêver de pouvoir affronter directement le Hamas pour légitimer une réaction sans retenue de la part d’Israël. Et que les Etats-Unis laissent faire … puisqu’ils viennent d’utiliser une argumentation identique pour l’Afghanistan. Il serait temps que l’UE se réveille car de Poutine à Rumsfeld ou à Sharon, le monde " blanc " commence à retentir de discours inquiétants … parce que toujours trompeur in fine comme l’Histoire nous l’a appris.



© Copyright Europe 2020 - Contact Email : centre@europe2020.org - Site réalisé sous Spip