Accueil du siteGlobalEuropeSéminaires

GEAB N°76 (15 juin 2013) - Sommaire

Alerte second semestre 2013 – Crise systémique globale II : seconde déflagration dévastatrice / explosion sociale à l’échelle planétaire

Un choc de type Lehman en 2008, départ symbolique de l’incendie et surtout prise de conscience généralisée de la situation, n’a pas encore eu lieu. Ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle car avec le temps la situation ne cesse de s’aggraver et ce n’est plus un choc auquel il faut se préparer mais une déflagration dévastatrice… (page 2)

(En savoir +)


UE 2014-2015 : après les élections au Parlement européen, le bras de fer entre Parlement et Conseil européen favorise la montée de l’Euroland

L’architecture institutionnelle de l’UE a toujours été, depuis le début du processus d’intégration européenne, fondée sur le sable mouvant de la réalité politique. Si l’on ne fait que regarder un instant donné, on pourrait être amené à croire que la structure est solide, bien ancrée dans les traités européens. Mais la réalité est tout autre… (page 11)

(En savoir +)


Le monde en 2030 – Diversification / infrastructures / éducation : anticiper la capacité de rebond post-crise d’une économie

S’il est nécessaire d’avoir une vision des événements à court terme pour naviguer dans cette crise d’ampleur séculaire, il ne faut toutefois jamais perdre de vue le panorama général des transformations du monde, tel que nous le rappelons régulièrement dans le GEAB. C’est la raison pour laquelle il est important de ne pas oublier les tendances de fond qui façonnent une société sur le long terme, c’est-à-dire sur plusieurs décennies (20 à 30 ans)… (page 15)

(En savoir +)


Gouvernance Mondiale – Le rapprochement Euro-BRICS au service de la mise à niveau du système ou comme matrice d’un nouveau modèle ? Les institutions de la gouvernance globale théoriquement en charge de gérer la crise qui affecte la planète depuis maintenant 5 ans sont-elles structurellement capables d’engager les réformes nécessaires pour créer les conditions d’une amélioration de leur efficience ?… (page 27)

(En savoir +)


Recommandations opérationnelles et stratégiques

Cash / pétrole / bourse / obligations… (page 30)

(En savoir +)


Le GlobalEurometre - Résultats & Analyses

Le questionnaire de ce mois reflète une inquiétude élevée mais plutôt constante quant aux indicateurs économiques, à l’exception notable près du risque de faillites bancaires qui se précise à nouveau… (page 33)

(En savoir +)




Séminaire GlobalEurope 5 / UE-Amérique latine
Lisbonne (Centre Culturel de Belem), le 9 juillet 2004
09/07/2004


Organisé en partenariat avec le Ministère portugais des Affaires étrangères

Note de synthèse des travaux

Concept

Eloignement géographique et proximité culturelle : voilà le paradoxe qui définit les relations particulières entre l’Europe et l’Amérique latine. De la conquête espagnole et portugaise à la création de républiques indépendantes ; des flux migratoires massifs venus d’Europe lors de la conquête coloniale et du développement de l’Amérique latine à la tradition d’accueil en Europe des réfugiés politiques latino-américains ; du partenariat honteux dans la traite des esclaves et le massacre des populations indigènes à l’élaboration commune de nouvelles collaborations entre l’UE et le Mercosur, Européens et Latino-Américains partagent plus de 5 siècles d’histoire commune, malgré une grande distance géographique.

L’UE reste d’ailleurs un acteur géographique direct en Amérique latine par sa présence dans les Caraïbes (îles et côtes) ; n’oublions pas que c’est d’Amérique latine (Kourou, Guyane française) que s’envolent les fusées européennes. Et surtout un acteur culturel très influent via les relations étroites entre les pays d’Amérique latine et leurs anciennes métropoles (Portugal et Espagne).

Au moment où l’UE entreprend de définir son rôle international, l’Amérique latine apparaît naturellement non seulement comme une zone essentielle de la planète au XXI° siècle, mais aussi et surtout comme un partenaire stratégique de l’UE dans les prochaines décennies.

L’Amérique latine se présente néanmoins comme une zone très contrastée pour l’UE : disparités économiques immenses, pauvreté massive et endémique, systèmes politiques démocratiques mais instables, crises économiques et financières à répétition, guerres civiles endémiques, tensions inter-étatiques encore fortes mais aussi forte croissance démographique, démocratisation continue du continent depuis plus d’une décennie, affirmation progressive d’un rôle international, émergence d’une puissance régionale reconnue, dynamisme culturel, richesse en matières premières.

Pourtant, c’est indiscutablement la région du monde, avec l’Amérique du Nord, qui est la plus proche culturellement des Européens. Sur la scène internationale, les deux continents s’opposent souvent sur des questions commerciales (notamment les subventions agricoles européennes) mais partagent en général une vision globale commune. Sur un plan intérieur, les Latino-Américains comme les Européens, sont animés par un rêve similaire d’unité continentale. Là où les Européens sont plus avancés du fait notamment de la disparition de leurs querelles inter-étatiques ; les Latino-Américains sont avantagés à terme par leur bilinguisme continental (Espagnol-Portugais). Dans les deux cas, les démarches d’intégration régionale ne peuvent que se renforcer et aider à redéfinir la gouvernance globale.

En ce sens, l’évolution de la relation de chaque région avec les Etats-Unis sera certainement un facteur structurant des relations UE/Amérique latine des 20 prochaines années. L’Amérique latine peut-elle d’ailleurs (comme l’Afrique) rester encore longtemps l’ « absente » de la relation transatlantique, transformée en 1945 en un « duo » Europe/Etats-Unis ? Des Etats-Unis dont le Sud du pays est en passe d’être réapproprié par les Latino-Américains.

Parallèlement, l’Agenda global (environnement, peuples indigènes, développement, commerce international, droits de l’Homme,….) constitue un impératif très concret pour les relations UE/Amérique latine puisque ces questions sont urgentes et vitales dans cette région du monde.

L’avenir des relations entre l’UE et l’Amérique latine pourrait donc constituer pour l’UE un cas d’école lui permettant d’assurer la pérennité de son nouveau modèle politique (intégration régionale), de démontrer concrètement ses convictions en matière d’agenda global (développement, environnement,...) et d’expérimenter l’impact global de partenariats inter-régionaux multi-sectoriels (commerce, politique, culture, …). Il lui faudra savoir comment capitaliser sur les immenses atouts des anciennes métropoles et les intégrer dans une stratégie communautaire.


Programme

Modérateur : Franck Biancheri, Directeur des Etudes et de la Stratégie, Europe 2020

(Les séminaires Europe 2020 sont bilingues : présentations et débats se déroulent en Français ou en Anglais sans traduction)

9.00 - Séance d’ouverture

. M. Carlos Costa Neves, Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Lisbonne

. M. Patricio Aylwin Azocar, Ancien Président du Chili

. M. Franck Biancheri, Directeur des Etudes et de la Stratégie, Europe 2020

10.00 - Pause

10.30 - Thème 1 – Le soutien de l’UE à l’intégration régionale en Amérique latine

L’UE est et doit être un partenaire stratégique pour l’intégration régionale de l’Amérique latine. La stabilisation de la démocratie comme la fin des guerres civiles (comme en Colombie) doivent être des priorités de la décennie à venir pour réussir cette intégration régionale. Mais ce processus est-il à terme unique ou multiple (une ou des intégrations régionales : Cône Sud, Andes, Caraïbes, Amérique centrale ) ? L’UE a-t-elle une préférence ? Comment gérer l’influence des Etats-Unis en la matière ? Comment éviter que l’Amérique latine ne soit une zone d’affrontements entre intérêts européens et américains ? De quoi ont besoin les Latino-Américains pour réussir leur intégration et l’UE est-elle prêt à leur fournir ?

Introduction par :

. Karl Buck, DGE IV, Secrétariat Général, Conseil de l’UE

. Daniel Baur, National Editor, EUABC

Débat

12.30 - Déjeuner

14.00 - Thème 2 – Le partenariat UE/Amérique latine en matière de commerce et d’investissement internationaux

Souvent en phase sur de nombreux thèmes globaux, en matière de commerce l’UE se heurte de front à l’Amérique latine, Brésil en tête. Comment l’UE peut-elle gérer à terme cette contradiction ? Cette situation ne constitue-t-elle pas un test du discours européen sur le changement de la gouvernance mondiale ? L’investissement européen en Amérique latine constitue-t-il un atout pour la stabilisation du continent ? A quelles conditions ? Les autorités des pays concernés peuvent-elles garantir l’attractivité durable de leur pays ? En matière économique, les réponses à ces questions détermineront l’intensité et la durabilité des relations entre UE et Amérique latine.

Introduction par :

. Ricardo Migueis, Instituto de Estudos Estratégicos e Internacionais, Lisboa

. Gisèle Hivert-Messeca, Chef de la Mission Affaires européennes, Ubifrance

. Hannele Tikanvaara, Ministre-Conseiller, en charge des pays du Mercosur et du Chili, Ministère des Affaires étrangères, Helsinki

Débat

15.30 - Thème 3 – Les enjeux et conditions d’un partenariat UE/Amérique latine (environnement, développement, droits de l’Homme, réforme de l’ONU, culture…)

Si les deux continents défendent souvent des visions proches, leur mise en œuvre impliquera des remises en cause de chaque côté et une maturité accrue (sièges au Conseil de Sécurité, meilleur partage des richesses, …). L’UE doit également renouveler son approche collective de la région et redéfinir le rôle des « acteurs historiques » de la relation UE/Amérique latine (comme pour l’Afrique). Les relations entre les deux continents, dotés chacun d’une société civile très active (les anti-mondialisations sont essentiellement une création Euro/Latino-américaine), s’adaptent très bien à la notion de coopération décentralisée, entre sociétés civiles. Déjà forte au niveau bilatéral entre pays de chaque région, cette coopération doit être profondément renouvelée à tous les niveaux (ONG, universités, collectivités locales, Etats, UE) pour redéfinir ses instruments, ses acteurs et ses finalités : il s’agira d’ici 2020 de relier deux continents l’un à l’autre ; et non plus d’additionner des relations bilatérales entre nations.

Introduction par :

. Jaroslaw Bajaczyk, Attaché en charge des questions UE-Amérique Latine, Division PESC, Département UE, Ministère des Affaires étrangères, Varsovie

. Rafael Gelabert, DG des Relations Extérieures, Commission européenne

Débat

17.15 - Conclusions

17.30 - Séance de Clôture

. José Ignacio Salafranca, Vice-Président Groupe PPE – Parlement européen, Représentant la FAES (Fundación para el Análisis y los Estudios Sociales)

. Prof. Alvaro de Vasconcelos, Directeur, Institut d’ Études Stratégiques Internationales (IEEI), Lisbonne

18.00 - Fin du séminaire


Participants

Sem GE5-3

. Patricio Aylwin Azocar, former President of Chile

. Margarida Aroso, State Protocole, Ministry of Foreign Affairs, Lisbon

. António Alves de Carvalho, Directeur Amérique Sud et Centre, Ministère des Affaires Etrangères, Lisbonne

. Régis Arslanian, Director, Department of International Negotiations, Ministry of Foreign Affairs, Brazil

. Jaroslaw Bajaczyk, Attaché dealing with EU-LAC issues, CFSP Division, EU Department, Ministry of Foreign Affairs, Warsaw

. Helena Basile, 1er Conseiller, Ambassade d’Italie au Portugal

. Daniel Baur, National Editor, EUABC

. Hans-Bodo Bertram, Ambassador of Germany in Portugal

. Franck Biancheri, Directeur des Etudes et de la Stratégie, Europe 2020

. Karl Buck, DGIV, Secrétariat du Conseil de l’UE

. Marie-Hélène Caillol, Vice-Présidente Europe 2020

. Mendo Castro Henriques, Institut de Défense National, Lisbonne

. Carlos Costa Neves, State Secretary to European Affairs, Portugal

. Daniel Da Cruz, Ambassade du Luxembourg au Portugal

. Jose Augusto Duarte, Director of Cabinet of State Secretary to European Affairs, Lisbon

. Matthias Fischer, Ambassade d’Allemagne au Portugal

. José Eduardo Garcia Leandro, Directeur de l’Institut de Défense National, Lisbonne

. Rafael Gelabert, Direction Générale des Relations Extérieures, Commission européenne

. Gisèle Hivert-Messeca, Chef de mission Affaires européennes, Ubifrance

. Vlad Ionescu, Desk officer for EU-South America relations, EU Directorate, Ministry of Foreign Affairs, Bucharest

. Marzena Kisielewska, Director of the Cabinet of Minister of European Affairs, Warsaw

. Francisco Knopfli, Professeur à l’Institut Supérieur de Sciences Sociales et Politiques, Lisbonne

. Zdenek Kubanek, Head of Latin America Department, Ministry of Foreign Affairs, Prague

. Nuno Lúcio, Ministère de l’Economie, Lisbonne

. Isabel Lopez Fereira, President of Africa Debate, Lisbon Nuno Lúcio, Ministère de l’Economie, Lisbonne

. André Magrinho, Chief-of Staff, Portuguese Industrial Association

. Andres Malamud, Ph.D. EUI, Associate Researcher, Centro de Investigação e Estudos de Sociologia, Lisboa

. Helena Malcata, Conseillère du Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Lisbonne

. Stefan Mera, Counsellor, South America Desk office, America Directorate, Ministry of Foreign Affairs, Bucharest

. Ricardo Migueis, Instituto de Estudos Estratégicos e Internacionais, Lisboa

. Beatriz Padilla, Professor, Autonomous University of Lisbon in International Relations, Researcher at CIES/ISCTE

. Nicolas Pascual de la Parte, Cabinet du Secrétaire Général, Conseil de l’UE

. Paula Pereira, Institut de Défense National, Lisbonne

. Thalia Petrides, Ambassador of Cyprus to Portugal

. Zoltán Polák, Ministry of Foreign Affairs, Budapest

. Stanislav Rašcan, State Undersecretary, Head of Department for Africa, Asia, Latin America and Pacific, Ministry of Foreign Affairs, Republic of Slovenia

. José Ignacio Salafranca, Member of European Parliament

. Lucyana Sposito Gomes, Ibero-American University, São Paulo

. Hannele Tikanvaara, Minister-Counsellor, Mercosur countries and Chile, . Ministry of Foreign Affairs, Helsinki

. Theis Truelsen, Ambassador of Denmark in Portugal

. Nikolay Tzatchev, Head of Department “Latin America”, Ministry of Foreign Affairs, Republic of Bulgaria

. Alvaro de Vasconcelos, Directeur, Institut d’Etudes Stratégiques Internationales (IEEI), Lisbonne



© Copyright Europe 2020 - Contact Email : centre@europe2020.org - Site réalisé sous Spip