Accueil du siteGlobalEuropeSéminaires

GEAB N°76 (15 juin 2013) - Sommaire

Alerte second semestre 2013 – Crise systémique globale II : seconde déflagration dévastatrice / explosion sociale à l’échelle planétaire

Un choc de type Lehman en 2008, départ symbolique de l’incendie et surtout prise de conscience généralisée de la situation, n’a pas encore eu lieu. Ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle car avec le temps la situation ne cesse de s’aggraver et ce n’est plus un choc auquel il faut se préparer mais une déflagration dévastatrice… (page 2)

(En savoir +)


UE 2014-2015 : après les élections au Parlement européen, le bras de fer entre Parlement et Conseil européen favorise la montée de l’Euroland

L’architecture institutionnelle de l’UE a toujours été, depuis le début du processus d’intégration européenne, fondée sur le sable mouvant de la réalité politique. Si l’on ne fait que regarder un instant donné, on pourrait être amené à croire que la structure est solide, bien ancrée dans les traités européens. Mais la réalité est tout autre… (page 11)

(En savoir +)


Le monde en 2030 – Diversification / infrastructures / éducation : anticiper la capacité de rebond post-crise d’une économie

S’il est nécessaire d’avoir une vision des événements à court terme pour naviguer dans cette crise d’ampleur séculaire, il ne faut toutefois jamais perdre de vue le panorama général des transformations du monde, tel que nous le rappelons régulièrement dans le GEAB. C’est la raison pour laquelle il est important de ne pas oublier les tendances de fond qui façonnent une société sur le long terme, c’est-à-dire sur plusieurs décennies (20 à 30 ans)… (page 15)

(En savoir +)


Gouvernance Mondiale – Le rapprochement Euro-BRICS au service de la mise à niveau du système ou comme matrice d’un nouveau modèle ? Les institutions de la gouvernance globale théoriquement en charge de gérer la crise qui affecte la planète depuis maintenant 5 ans sont-elles structurellement capables d’engager les réformes nécessaires pour créer les conditions d’une amélioration de leur efficience ?… (page 27)

(En savoir +)


Recommandations opérationnelles et stratégiques

Cash / pétrole / bourse / obligations… (page 30)

(En savoir +)


Le GlobalEurometre - Résultats & Analyses

Le questionnaire de ce mois reflète une inquiétude élevée mais plutôt constante quant aux indicateurs économiques, à l’exception notable près du risque de faillites bancaires qui se précise à nouveau… (page 33)

(En savoir +)




Séminaire globalEurope 6 / UE-Asie
Londres (Foreign Office, Salle Locarno), le 29 septembre 2004
29/09/2004


Organisé en partenariat avec le Foreign & Commonwealth Office

Note de synthèse des travaux

Concept

Eloignement géographique et distance culturelle : voilà les deux paramètres fondamentaux qui caractérisent depuis toujours les relations entre l’Europe et l’Asie. Le chemin est en effet long qui mène de l’une à l’autre, toutes deux pourtant berceaux de civilisations majeures, toutes deux empreintes d’une longue histoire et d’une vaste diversité culturelle.

L’histoire moderne les a considérablement rapprochées en particulier via le commerce d’abord, puis l’époque coloniale. Aujourd’hui, les échanges économiques constituent sans aucun doute leur lien le plus puissant que les deux zones essayent de renforcer par des dialogues politiques et culturels.

Aux deux bouts du même bloc continental - l’Eurasie, séparés par un immense Etat - la Russie, d’une certaine manière Europe et Asie se reflètent l’une l’autre. Ainsi, par sa taille démographique, l’Asie démultiplie sa diversité dans des proportions très supérieures à celle de l’Europe et accueille ainsi des civilisations très différentes les unes des autres. Elle est à la fois un continent où tente de se construire une unité régionale, l’ANASE, analogue à l’Union européenne ; et une région qui héberge trois des plus importantes puissances mondiales dans leur bon droit : Chine, Inde et Japon. Elle est devenue depuis une décennie au moins l’exemple du développement économique en s’imposant comme rouage essentiel de la globalisation ; et une région essentielle pour la géopolitique planétaire, notamment parce qu’elle constitue avec le Moyen-Orient l’une des seules régions au monde où des conflits régionaux ou globaux pourraient exploser.

Pour les dirigeants européens, et grandes entreprises de l’Union, elle est collectivement un partenaire incontournable : que ce soit dans les enceintes internationales ou pour assurer la compétitivité des multinationales européennes (base de production et marché à la fois). Elle est aussi une source d’inquiétude pour les citoyens européens soucieux de voir leurs emplois captés par les régions de bas salaires de l’Asie.

En toile de fond de la relation actuelle, on trouve en particulier une assez faible connaissance respective des deux zones. La diversité asiatique est mal connue des Européens qui ont tendance à ne voir en l’Asie que ses trois géants ; l’intégration européenne est généralement ignorée par les Asiatiques qui continuent à ne percevoir qu’un seul pôle de pouvoir en Occident, les Etats-Unis. Les relations entre l’UE et la zone sont donc avant tout économiques et commerciales, et éclatées entre les différents « pôles asiatiques ».

A la suite des profonds bouleversements de la scène internationale intervenue depuis trois ans, et au moment où l’UE s’efforce de bâtir une politique extérieure commune, il est nécessaire d’identifier les intérêts stratégiques de l’UE dans cette région à l’horizon 2020 et de définir les outils nécessaires à leur promotion. Par son éloignement, la diversité des pays asiatiques et la disparité des approches de l’Asie par les différents Etats-Membres, la définition d’une politique commune vis-à-vis de l’Asie est un vrai défi pour les Européens. D’une certaine manière le vrai test de l’existence d’une politique commune européenne ça n’est pas l’existence d’une vision commune pour les relations avec Washington, Moscou ou le Moyen-Orient, mais bien la capacité à répondre à la question suivante « Comment l’UE réagirait-elle à un conflit trans-Détroits ? ».


Programme

Modérateur : Franck Biancheri, Directeur des Etudes et de la Stratégie, Europe 2020

Les séminaires Europe 2020 sont bilingues : présentations et débats se déroulent en Français ou en Anglais sans traduction

9.00 - Séance d’ouverture

. M. Nigel Cox, Directeur Asie-Pacifique, Foreign & Commonwealth Office

. M. Franck Biancheri, Directeur Etudes & Stratégie, Europe 2020

9.30 - Thème 1 : L’Asie, : le principal défi structurel pour l’approche régionale de l’UE

Par la taille de sa population, et de certains Etats qui la compose, et du fait de l’immense diversité de ses cultures, l’Asie pose un défi redoutable au « modèle européen » de relations extérieures qui privilégie l’émergence de régions intégrées comme partenaires. Parallèlement l’UE peut aussi voir l’Asie comme le seul continent où se pratiquent et s’expérimentent des modes de gouvernance appliqués à des entités de 500 millions de personnes et au-delà, affrontant donc des problèmes similaires à ceux de l’UE des prochaines décennies. Comment « intégrer » l’Asie dans le « modèle européen » de relations extérieures ? Y-a-t-il des problématiques communes en terme de gouvernance de grands ensembles humains très diversifiés qui peuvent rapprocher l’UE et l’Asie ? Comment aborder une région dans son ensemble tout en devant prendre acte de l’existence de « géants régionaux » dans leur bon droit ?

Introduction par : M. Adrian Taylor, Directeur, Think-Tools A.G., Münich

Débat

11.00 - Pause

11.15 - Thème 2 : Les conditions d’une action européenne efficace pour la stabilité et la sécurité en Asie

L’Asie constitue l’une des zones les plus sensibles de la planète du fait des tensions existant entre plusieurs de ses principales puissances et de l’importance prise par cette région au niveau mondial. L’UE aujourd’hui est perçue comme très marginale dans le jeu sécuritaire asiatique. Pourtant elle ne peut rester spectatrice dans une région vitale pour son propre avenir et celui de la planète. Comment l’UE peut-elle définir et mettre en œuvre une politique active contribuant à la sécurité collective en Asie ? Quels en seraient les méthodes et les instruments ? Introduction par : Dr. Stefan Collignon, Institut européen, London School of Economics

Débat

12.45 - Déjeuner

14.00 - Thème 3 : Les futures dimensions économiques et sociales de la relation UE/Asie

L’importance économique de l’Asie croît régulièrement depuis plusieurs décennies. Que ce soit notamment par sa super-puissance économique et technologique, le Japon ; sa super-puissance « productrice » à bas-prix et immense marché potentiel, la Chine ; ou son opérateur technologique émergent, l’Inde ; et les marchés des autres pays de la zone, l’Asie est un marché et un partenaire économique devenu incontournable pour l’UE. Parallèlement, l’importance même de ces relations génère dans l’UE des conséquences et préoccupations sociales croissantes. L’Asie est devenue pour beaucoup d’Européens le symbole d’une globalisation incontrôlée qui « supprime » les emplois européens pour les délocaliser dans cette région. L’UE va être confrontée dans sa relation avec l’Asie à ce dilemme économique et social. Quelles orientations peut-elle prendre en la matière ? Le partenariat UE-Asie suffit-il à aborder ces questions ?

Introduction par : M. Max Gattein, Président, Club Convergence Chine-France et M. Jonathan Robin, Vice-Président Task-Force Ipv6-Commission européenne, Paris

Débat

15.30 - Pause

14.45 - Thème 4 : Les partenariats possibles entre l’UE et l’Asie en terme de gouvernance globale

Les récentes crises internationales ont démontré la complexité croissante des relations internationales et les alliances à géométrie variable pouvant être passées par les Etats. Des négociations de l’OMC aux décisions du Conseil de Sécurité, l’UE peut constater que la définition d’intérêts communs entre UE et Asie ne sera pas aisée. La diversité des acteurs asiatiques est-elle compatible avec l’approche régionale de l’UE ? L’UE doit-elle traiter les pays asiatiques au cas-par-cas ? ou au contraire essayer d’entraîner l’Asie vers sa vision de la gouvernance globale ?

Introduction par : M. Rafael Bueno, Directeur du Dialogue Est-Ouest, Casa Asia, Barcelona

Débat

17.30 - Séance de Clôture

. S.E. M. Edgardo B. Espiritu, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire des Philippines au Royaume Uni, Irlande et lslande Représentant Permanent auprès de l’Organisation Internationale Maritime (Lire dicours)

18.00 - Fin du séminaire


Participants

Sem GE6-1

. Neil Barklem, Oxton Bibliotech

. Franck Biancheri, Directeur Etudes et Stratégie Europe 2020

. Marie-Hélène Caillol, Vice-Présidente Europe 2020

. Rafael Bueno, Director of East-West Dialogue, Casa Asia, Barcelona

. Stefan Collignon, European Institute, London School of Economics

. Nigel Cox, Director Asia Pacific, FCO

. Alexandra Magnolia Dias, Africa Debat, Porto

. H.E. Edgardo B. Espiritu, Phippines Ambassador Extraordinary and Plenipotentiary to the United Kingdom, Ireland, and Iceland, Permanent Representative to the International Maritime Organisation

. Max Gattein, Président, Club Convergence Chine-France

. Florian Grozea, Counsellor at the Romanian Embassy in London

. Leo Herrera-Lim, First Secretary, Embassy of Philippines in London

. Chris Holtby, Administrateur, Unité politique, Conseil de l’UE

. Vlad Ionescu, Counsellor, EU Directorate, MFA Bucharest

. Mariusz Kazana, Head of CFSP and External Relations Unit, EU Department of European Union, Ministry of Foreign Affairs, Warsaw

. Sebastian Kelbling, Regional Coordinator Asia, Steering Group Strategic Corporate Development, InWEnt - Capacity Building International, Germany

. Rachel Martinek, Asia Department, FCO

. Thirapath Mongkolnavin, First Secretary, Royal Thai Embassy in London

. Mr Moyano, First Counsellor, Embassy of Spain in London

. Aap Neljas, Estonian MFA

. Peter Nightingale, Chairman, Euro-China Business Association

. Alex Noble, The Guildford Consortium, University of Surrey

. Péter Noszkó-Horváth, Deputy Director General of the Asia and Pacific Department, Ministry of Foreign Affairs, Budapest

. Ida Olsen, 1st Secretary, Royal Danish Embassy in London

. Evangeline Ong-Jimenez, 2nd secretary, Embassy of Philippines in London

. Jaap Ora, Political Counsellor, Estonian Embassy in London

. Sunghee Park, Project Manager, Centre Asie-Europe, Paris

. Stanislav Rašcan, Head of Department for Africa, Asia, Latin America and Pacific, Ministry of Foreign Affairs of Slovenia

. Nicholas Reed, Chargé de mission Tiesweb

. Xavier Rey, Premier Secrétaire, Ambassade de France à Londres

. Daniel Ristea, Second Secretary, Embassy of Romania in London

. Jonathan Robin, Vice-Président Task-Force Ipv6-Commission européenne

. Adrian Taylor, Think-Tools GmBh, Münich

. Alvaro Trejo, Counsellor, Embassy of Spain in London

. Yolanda Valassopoulou, First Secretary, Embassy of Greece

. Inguna Viksne, 1ère secrétaire, Division Asie & Afrique, Ministère des Affaires étrangères, Riga

. Andrei Vlohov, 2ème secrétaire, Ambassade de Bulgarie à Londres

. Christoph Weingartner, Press attaché, Austrian Embassy in London



© Copyright Europe 2020 - Contact Email : centre@europe2020.org - Site réalisé sous Spip